Faut il vendre avant d’acheter un nouveau bien immobilier?

Quand on a un nouveau projet d’achat immobilier et que l’on est déjà propriétaire de son bien, se pose naturellement la question de comment procéder : Par où commencer? Vendre avant d’acheter? Trouver son nouveau bien et déménager ensuite?
Voici les avantages et les inconvénients de chaque solution qui dépendent aussi de votre profil et de la tension du marché dans votre secteur.

Afin de mieux connaitre le processus de vente et d’achat immobilier, nous avons listé pour vous toutes les étapes dans les vidéos suivantes :

Acheter avant de vendre

Les avantages :

  • Pas de “temps mort” sans logement, avec parfois l’obligation de louer un bien le temps de trouver son futur logement
  • Possibilité de saisir une opportunité quand elle se présente et ne pas passer à côté d’un coup de coeur !

Les inconvénients:

  • Il est souvent nécessaire de contracter un prêt relais. C’est un crédit, que vous devrez rembourser le temps de la vente de votre logement. S’il ne dure que quelques mois, c’est une excellente option de confort pour éviter de déménager.
  • “pression” pour vendre son bien..Il est important de bien estimer son bien, de ne pas le surévaluer, car il se vendra moins vite, certainement avec une négociation qui le ramènera à son “juste prix”, c’est donc d’une part, une perte de temps (et quand on a un prêt relais, le temps c’est de l’argent) et d’autre part, si le montant des fonds issus de la vente conditionne l’achat du nouveau logement, mieux vaut être raisonnable !

Vendre avant d’acheter

Les avantages :

  • On connait exactement le montant des fonds disponibles pour l’achat du nouveau logement
  • On est plus serein pour aller voir les banques avec notre apport initial
  • On peut même tester la Vente Privée que l’on propose à l’agence My Toulouse pour être serein.

Vendre et rester dans le logement le temps de trouver son nouveau bien

  • La vente longue : il est possible de négocier avec son acquéreur afin de disposer d’une période supérieure aux traditionnels 3 mois de délais de vente, jusqu’à 6 mois par exemple. Attention toutefois car cela peut refroidir certains acquéreurs, qui ont aussi leurs problématiques de logement et peuvent être “pressés” de rentrer dans les lieux.
  • Rester dans son propre logement le temps de trouver le nouveau. C’est une option rarement choisie. Elle implique de définir une durée maximale, que l’acquéreur soit d’accord évidemment, pour vous laisser le bien à disposition après la signature de l’acte, c’est une mise à disposition différée qui entraine une “charge augmentative du prix”.
    L’argent des loyers évalués de toute la période sera déduit du prix de vente et mis en séquestre chez le notaire, qui tous les mois restituera le montant du loyer défini au nouveau propriétaire.
    Le vendeur perçoit donc le montant de la vente moins le montant des loyers provisionné. S’il trouve son nouveau logement avant la date de fin, le reliquat du séquestre lui sera restitué.
    Attention, le montant des “loyers” provisionnés est soumis à une taxe de 5,8%, ce qui peut représenter un frein supplémentaire pour l’acquéreur, il peut être demandé au vendeur de s’acquitter de cette taxe, étant donné que c’est généralement une volonté de sa part de rester dans les lieux.

Quelle que soit l’option choisie, les agences immobilières et les notaires sont là pour vous expliquer les détails et les implications de vos décisions, d’un point de vue juridique mais aussi “logistique”, afin de vous aider à envisager vos projets le plus sereinement possible !