Toulouse : ville du quart d’heure?

Et si le “quart d’heure toulousain” devenait un art de vivre ? Attention, nous ne parlons pas ici du fameux retard de 15 minutes (appelé parfois “quart d’heure de politesse”) mais bien d’un concept qui a le vent en poupe dans les grandes métropoles françaises : la ville du quart d’heure.

Le concept, porté par l’urbaniste Carlos Moreno, est simple, trouver tout ce dont on a besoin à 15 minutes max. de son domicile, à pied, à vélo ou en transports en commun – les besoins principaux étant : manger, travailler, se divertir, se dépenser, se soigner, etc.

La crise du COVID-19, et plus particulièrement le confinement, ont mis en exergue la nécessité de raccourcir les trajets, de privilégier des lieux de vie proches des commodités, et plus largement, d’améliorer sa qualité de vie au quotidien.

Il est vrai que ce concept est plus facilement applicable dans une grande ville mais les villes de taille moyenne peuvent aussi permettre cela, à condition de favoriser un bon maillage des commerces, services et institutions.

Dans beaucoup de villes moyennes, les centres-villes ont été désertés au profit de grands centres commerciaux, sportifs, de loisirs, etc. situés à l’extérieur des villes, et accessibles quasi exclusivement en voiture..

Il faudrait donc inverser cette tendance et revenir à plus de proximité. Ramener près de chez soi les commerces, les petits restos, les librairies, les cinémas de quartier, tous les petits commerçants qui amènent de la vie et du lien social, tout en favorisant les modes de déplacements doux.

Pour ce qui est de Toulouse, il existe de nombreux quartiers où tout est accessibles à pied ou à vélo, en moins de 15 minutes. Parmi eux, les quartiers de l’hypercentre, mais aussi Saint-Cyprien, Les Minimes, Les Sept Deniers, Saint-Agne, La Roseraie, Le Busca, sans oublier la Croix de Pierre (notre quartier de prédilection 😉 )

La Croix de Pierre : quartier du quart d’heure !

On peut nous accuser de ne pas être objectifs car nous aimons notre quartier, mais concentrons-nous sur les faits.

La Croix de Pierre est située à moins de 10 min. en vélo du centre ville, où il est possible de trouver à peu près tout ce qu’on souhaite, qui plus est en longeant la Garonne par les pistes cyclables, ce qui ne gâche rien!

Par le Tramway, il est possible de rejoindre les 2 lignes de métro en 5 à 10 min. Mais également le Zénith en 10 min. ou encore l’hôpital Purpan et toute la zone de la Cartoucherie!

L’île du ramier, futur “Poumon vert de Toulouse” – classée Natura 2000 (voir notre article à ce sujet) se trouve à seulement 5 minutes à pied. On y trouve déjà plusieurs restaurants, de nombreux clubs sportifs (Aviron, Kayak, mais aussi la piscine Nakache et le Stadium !) – et des zones de jardins partagés, de grands parcs avec des zones laissées sauvages pour que l’écosystème de l’île soit préservé – il n’est d’ailleurs pas rare d’apercevoir des oiseaux comme des hérons, des aigrettes, des martin-pêcheurs, des cormorans, etc. en pleine ville!

Si l’on souhaite faire ses courses à pied, il y a le marché sur la place 2 fois par semaine, mais aussi un primeur, une boulangerie, une boucherie, un Carrefour city, un drive, un fromager, plusieurs épiceries, etc.

Côté santé, on trouve, toujours entre l’avenue de Muret et le boulevard Déodat de Séverac : plusieurs pharmacies, des cabinets médicaux (medecins, kiné, infirmiers, dentistes, etc.), un laboratoire d’analyses..

Sans oublier les restaurants, LeBijou (salle de spectacles), et encore beaucoup d’autres commerces (magasins de vélo, fleuristes, coiffeurs, banques, agence immobilière 😉 , magasin de téléphonie, etc.)

Ensuite pour ce qui est de l’éducation, en moins de 10 min. à pied, on trouve des écoles (Groupe Scolaire Maurice Bécanne de la maternelle au college) mais aussi Bénezet, l’école Steiner “Les Tournesols”, le lycée Déodat de Séverac, le lycée Gallieni, l’IUFM, l’école ADONIS (enseignement supérieur)..

Il y a également une maison des associations de quartier et un dojo, avec de nombreuses disciplines : yoga, pilates, Aikido, Judo, tai-shi, club de lecture, club du troisième âge, etc.

Pour terminer, et j’oublie certainement bien des choses, il y a un vrai comité de quartier qui organise de nombreux évènements solidaires (world clean-up day – en partenariat avec l’association “Teau TOphil” qui oeuvre pour la protection de la nature et des cours d’eau, zone de gratuité, troc-plantes, ateliers divers, etc.).

Pour toutes ces raisons, les quartiers de Toulouse séduisent de plus en plus.

Si nous constatons que certains optent pour des changements radicaux de mode de vie en quittant la ville pour s’installer à la campagne, on voit aussi que se dégage une “voie du milieu” qui fait la part belle à la relation de proximité, sans pour autant négliger le cadre de vie, et sans avoir recours au “tout voiture” !

Et vous, vivez-vous dans une zone du quart d’heure ?

Leave a reply