Crise sanitaire : Quel avenir pour l’immobilier?

Ceux qui me connaissent bien, savent que je suis de nature optimiste. Il est peut être un peu tôt pour se projeter, mais j’avais envie de donner mon avis.

Alors oui, évidemment, nous vivons une crise mondiale absolument sans précédent, et j’oserai dire même qu’il était temps!

Cela n’a rien à voir avec les crises financières connues précédemment, car nous sommes TOUS absolument concernés par les mesures prises par les gouvernements.

C’est pourquoi il y aura un avant et un après 2020.

Tout d’abord, qu’en est-il actuellement du marché de l’immobilier pendant le confinement?

  1. Les activités habituelles qui permettent de vendre, acheter ou louer sont à l’arrêt : pas de visites, pas d’état des lieux. Les sites d’annonces fonctionnent toujours mais il n’y aura pas de parution de nouveaux biens. Les nouveaux projets sont en suspens pour quelques semaines.
  2. Les transactions en cours peuvent continuer, mais sont ralenties : il est possible de signer les compromis de vente et les actes à distance, tout dépend des notaires. Il est également possible de suivre et de compléter son dossier de demande de prêt, c’est même souhaitable!

Ensuite, qu’en sera-t-il de l’immobilier après la période de confinement ? Plusieurs scénarios peuvent être envisagés :

  • Le plus pessimiste et le moins probable d’après moi :  un effondrement du marché.

    • Il est possible qu’il y ait quelques semaines de « pause » dans les nouveaux projets, qu’ils  soient de vente ou d’achat, mais cela sera temporaire.
    • La réalité de la vie et le souffle du renouveau soufflera chez tout le monde, créant de l’activité et notamment immobilière.
    • Sera-t-elle équilibrée entre les mises en vente et les projets d’achat? Les ressources financières seront elles suffisantes? Seul l’avenir nous le dira. Ce qui est certain, c’est qu’il y aura 2 types de personnes : ceux qui vont aller de l’avant rapidement et ceux qui vont rester prudents et vont vouloir attendre avant de se lancer dans de nouveaux projets.
  • L’immobilier comme valeur refuge :

    • Un logement n’est pas un bien de consommation comme les autres, il répond à l’un des principaux besoins fondamentaux : avoir un toit sur la tête. La situation que nous vivons actuellement nous le rappelle parfois durement.
    • Au delà du besoin primaire, un logement répond aussi à d’autres facteurs psychologiques : Se sentir bien chez soi, s’épanouir, se sentir relié à sa communauté. Encore une fois, la période que l’on vit est un véritable révélateur et catalyseur de ce « bien être chez soi« .
    • Pour les 2 raisons fondamentales précédemment évoquées, je reste confiante sur le fait que la location, l’achat d’un logement que ce soit pour habiter ou pour investir ou tout autre modèle économique à venir, seront toujours une priorité pour tous.
    • Ainsi, les logements proposant une qualité de vie appréciable : bon aménagement, belle architecture, avec un espace extérieur, seront largement plébiscités.
  • L’Éclosion de nouveaux modèles

    Nous avions évoqués quelques façons différentes d’habiter qui pourraient se généraliser plus massivement que nous vous repartageons ici :

  • Quid des prix?

    • Il est probable qu’ils se réajustent, et qu’il y ait 2 typologies de biens différents : ceux qui sont demandés et ceux qui ne le sont pas, comme nous l’avions évoqué dans cette vidéo sur les prix de l’immobilier à Toulouse. Rendez-vous dans quelques mois pour en reparler.

Leave a reply